6 décembre 2019 Commentaires fermés

Université de Montpellier : l’Institut de l’Eau et de l’Environnement devient un Centre International UNESCO

La source du Jaur à Saint-Pons-de-Thomières (Hérault) / © Valérie Cohen-Luxey, France 3 Occitanie

 

C’est une reconnaissance pour les 400 scientifiques et les 150 doctorants des 15 unités de recherche composant l’Institut Montpelliérain de l’Eau et de l’Environnement : la plus importante entité nationale dans le domaine des sciences de l’eau devient Centre International UNESCO.

 

C’était déjà la plus importante communauté nationale dans le domaine de l’eau : l’Institut Montpelliérain de l’Eau et de l’Environnement (IM2E) vient d’être labellisé par l’UNESCO. Il va devenir un Centre International et c’est une vraie reconnaissance pour les 400 chercheurs et les 150 doctorants des 15 unités scientifiques qui le constituent.

Une recherche interdisciplinaire

Une labellisation qui a sans doute bénéficié de la dynamique insufflée par le projet de l’Université de Montpellier Excellence (MUSE), qui met l’eau est au centre de ses trois axes de recherche : nourrir, soigner et protéger. Dès sa création, en 2015, l’IM2E a misé sur une démarche scientifique basée sur le partage de connaissances et l’interdisciplinarité.

Mieux gérer la ressource en eau

Car en matière de ressources en eau et d’écosystèmes aquatiques, beaucoup de scénarios et de prospectives restent encore trop sectoriels et ne prennent pas en compte les interactions/rétroactions des différents secteurs (climat, démographie, occupation des sols, économie, etc.) les uns par rapport aux autres. Les chercheurs de l’IM2E, eux, bâtissent des « Scénarios Prospectifs Complexes » ou « SPC » tenant compte de ces différents paramètres.

Etablir des scénarios pour trouver des solutions

Le fruit de ces recherches vise à permettre de continuer à exploiter durablement les écosystèmes grâce à nos capacités d’anticipation et d’adaptation. Il s’agit aussi de développer des outils de suivi et d’évaluation dernier cri. L’objectif est de pouvoir disposer de modes de régulation technologiques, économiques et politiques, notamment.

Approche globale

L’UNESCO consacre donc cette approche globale, qui va de l’étude des processus de pollution de la ressource en eau au développement de nouveaux modèles de décision pour la gestion de l’eau, en passant par la mise au point de nouvelles méthodes de mesure (télédétection, capteurs in situ, géophysique), l’anticipation des événements extrêmes et des risques hydrologiques, et l’analyse des fondements des politiques publiques liées à l’eau.

Coopérations internationales à venir

La transformation de l’IM2E en Centre International UNESCO va lui permettre de développer les collaborations scientifiques et les partenariats au Nord comme au Sud. Dans un communiqué, l’Université de Montpellier se félicite de la possibilité également offerte de :

« Former de futurs professionnels ayant les compétences et l’expertise nécessaires pour s’attaquer aux problèmes de l’eau dans un monde où les contraintes mais aussi les nouvelles opportunités sont de plus en plus nombreuses« .

ll n’existe qu’un seul autre Centre International UNESCO en France, celui de Nice, axé sur les mathématiques pures et appliquées.

 

 

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier/universite-montpellier-institut-eau-environnement-devient-centre-international-unesco-1753181.html

Les commentaires sont fermés.

Psycognition |
ELIANE TRUCHET |
Botanica et la germination ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Botanica et la germination ...
| Etudepsyaudric
| Insolite93